Logo
Logo
Recherche
Espace adherent
Entete logo
Syndicat National des Métiers de l'Insertion,
Mission locale, PLIE, Maison de l'Emploi, PAIO, Atelier Chantier Insertion

Accueil > Editorial > Apartheid des banlieues, des mots aux actes ?

Apartheid des banlieues, des mots aux actes ?

Le premier ministre avait déclenché une polémique après ses propos très forts sur la situation d’une partie des jeunesses et des banlieues, utilisant le terme d’apartheid qui a fait violemment réagir. Passons la querelle sémantique, l’Apartheid renvoi à un régime politique et légal abominable de séparation des populations, la République Française, à l’inverse promeut l’égalité des droits. Le mot d’Apartheid est donc inadéquat, mais pas la réalité sociale qu’a voulu dénoncer Manuel Valls : oui, il faut parler de ségrégation sociale concernant certains territoires et certaines populations, oui, l’exclusion de l’emploi en particulier détruit le vivre ensemble, oui la constitution de ghettos et aujourd’hui une réalité, alimentant le repli sur soi, terreau des dérives sanglantes.

Mais si le Premier Ministre a mis les « pieds dans le plat », où sont les actes pour combattre cette situation ? Où est la promesse de faire de la jeunesse la priorité du mandat de François Hollande ? A ce stade, dans le cadre des annonces faites en réponses aux attentats, sur le volet « social/Education », on a noté le débat sur l’élargissement du Service Civique, quelques rappels à la laïcité à l’Ecole, et 60 millions d’euros supplémentaires consacrés à la prévention de la radicalisation dans les 3 prochaines années, au travers du fonds interministériel de prévention de la délinquance, et 169 créations de poste à la Protection Judiciaire de la Jeunesse. On reste loin, très loin des enjeux.

Bien sûr, on ne demande pas qu’en 3 semaines l’Etat trouve et finance des politiques d’insertion à la hauteur des fractures, mais la mise en place de la garantie jeune ne suffira pas, il faut déjà faire beaucoup plus, il faut un « Big-Bang », comme le demandait les associations avant l’élection de F. Hollande.

Et l’on pourrait commencer par une chose simple, stopper la dégradation des finances des ML et retrouver pour elle le sens de leur accueil, de leur écoute et de leur accompagnement, 3 notions qui tendent à disparaître sous la pression du chiffre à mettre les jeunes dans des cases.

mardi 3 février 2015, par synami

Infopratique
Outils
Agenda
Agenda
Espace adherent
Adherent
Points presse
Points presse

ACTUALITES

avril 2017

Nationale

LES REPONSES DES CANDIDATS le 20 mars 2017

Le 20 mars dernier, la CFDT a interpellé les candidats à l’élection (...)

avril 2016

ML

Journées des Missions Locales à Marseille

décembre 2015

Nationale

7ème Congrès du Synami

Le Synami tiendra congrès les 8, 9 et 10 juin 2016 prochain à Richelieu (...)

septembre 2015

ML

I MILO - Retour concret d’un adhérent Synami de Poitou Charentes

IMILO, les bras m’en tombent ! Venu remplacer Parcours 3, Imilo est le (...)

mars 2015

ML

Salauds de pauvres...

Ou comment l’avenant 54 réveille le mépris de certains pour les postes les (...)

NEWSLETTER

SUIVEZ NOUS

Google+ Twitter Facebook

CFDT SYNAMI - 47/49 Rue Simon Bolivar - 75019 PARIS
Tel : 01 56 41 51 81/60
Mail : contact@synami-cfdt.org