Logo
Recherche
Espace adherent
Entete logo
Syndicat National des Métiers de l'Insertion,
Mission locale, PLIE, Maison de l'Emploi, PAIO, Atelier Chantier Insertion

Accueil > Editorial > ML | Pas d’amélioration des carences maladies au 1er septembre : CGT et FO (...)

ML | Pas d’amélioration des carences maladies au 1er septembre : CGT et FO s’y opposent !

L’amélioration des carences de nouveau cassée.

Les fédérations CGT et FO viennent de signifier leurs oppositions à l’avenant qui faisait passer de 1 à 4 le minimum de carences maladies prises en charge par les employeurs. Ces deux syndicats étant majoritaires ensemble (50,23% à eux deux sur le décompte des voix recueillies par leurs candidats aux élections DP dans le réseau), l’accord est nul et non avenu.

Le réseau reste donc au minimum de la convention collective : une seule carence de 3 jours avec maintien de salaire par période de 12 mois. Au-delà du 1er arrêt, pour les milliers de salariés qui n’ont pas d’accord local plus favorable, c’est la double peine qui continue : malade, et les 3 premiers jours, pas de salaire, une retenue de 15% sur un mois !

Il s’agissait pourtant d’une avancée sociale historique dans le réseau : les syndicats réclamaient la prise en charge des carences depuis la mise en place de la convention collective, il y a 12 ans ! Le Synami, en particulier, avait fait de cette revendication une priorité depuis 4 ans, mobilisé les salariés sur cette question et mené une dure bataille. Nous avions cru aboutir fin 2012 quand l’UNML avait fini par lâcher 3 carences par an, à partir du 1er janvier 2013, sur une période expérimentale de 2 ans et une renégociation fin 2014. Cette première avancée avait déjà été cassé par une alliance majoritaire CGT/FO/CFTC (cf [Mercredi noir pour les salariés->http://synami.free.fr/spip.php?article268]).

Nouvelle chance en avril 2013, où le Synami, avec la CFTC et la CFE-CGC, obtient de l’UNML un nouvel avenant, comprenant cette fois 4 prises en charge (mais sur une période « expérimentale » plus courte de 16 mois, cf [ML, prise en charge des carences maladies, une résurrection serait possible->http://synami.free.fr/spip.php?article349]). C’est ce progrès qui vient d’être, une nouvelle fois, jeté à la poubelle.

Pourquoi tant de haine ?

Nous avions 1 carence minimum prise en charge, et nous les demandions toutes. Nous finissons par en obtenir 4. Pour la CGT et FO, c’est donc tout ou rien, mieux vaut rester à 1 plutôt qu’accepter 4 !

Les milliers de salariés qui viennent de perdre 3 prises en charge par an, soit potentiellement plusieurs centaines d’euros, apprécieront. Comment nous expliquer que c’était un recul ? L’accord était à durée déterminé, qui pouvait s’en réjouir ? Mais c’était la condition posée par l’UNML pour lâcher une amélioration. Cela s’appelle un compromis. Si CGT et FO attendent que les employeurs s’alignent sur la totalité des revendications syndicales, on risque d’attendre très très longtemps la moindre amélioration de la convention collective.

Si cet accord était insatisfaisant, pourquoi ne pas s’être simplement abstenu au lieu de le casser. L’accord prévoyait une nouvelle négociation fin 2014, il y avait donc une opportunité de renégocier à la hausse dès l’année prochaine alors qu’il nous avait fallu 10 ans pour obtenir de l’UNML une négociation sur les carences ! Nous, nous pensons que ce qui est pris n’est plus à prendre, et qu’il est plus facile de défendre et d’améliorer un acquis que de le conquérir. En tout cas, c’est une meilleur position que de ne rien avoir !

Enfin, la CGT explique dans son opposition que cet avenant allait amener la dénonciation des accords locaux plus favorables (toutes les carences en particulier).

1, qu’en sait-elle, où est-ce écrit ?

2, depuis quand les structures qui veulent revenir sur des acquis locaux attendent une amélioration de la convention pour essayer de les remette en cause ?

3, cela veut dire qu’au nom de ce risque hypothétique, il faut s’interdire d’améliorer le droit commun pour tout le réseau ? Autant abandonner les négociations nationales, puisqu’on trouvera toujours, heureusement, des structures qui font mieux sur un sujet, et que si l’on suit la CGT, toute avancée nationale serait donc en fait un recul. Aucun de ses arguments ne tient, il ne s’agit que d’une stratégie d’opposition totale, celle qu’on a aussi vu sur la révision de la classification.

Est-ce plus efficace pour les salariés ? Cela produit-il du progrès pour tous ? Au local ce n’est pas flagrant, faut-il publier la liste des structures où ses syndicats sont majoritaires, et parfois hégémoniques, et où les salariés n’ont qu’une carence par an.

Au national, allons nous voir l’UNML accepter les revendications, non-négociables, de ces syndicats ? Puisque ces syndicats sont majoritaires, et le font bien sentir en cassant les compromis pourtant si difficiles à obtenir, qu’ils fassent maintenant la démonstration de l’utilité de cette politique de la terre brûlée.

Ils vont sûrement obtenir la prise en charge de toutes les carences, et le Synami sera loyalement derrière eux, en admettant alors que leur stratégie de refus systématique était la bonne.

Le résultat est malheureusement prévisible, et ils le savent, évidemment. A ce stade, on n’est plus dans des logiques syndicales de production de progrès social, on n’est plus dans l’intérêt, basique, simple et mesurable, des salariés.

Le Synami-CFDT réunira mi-septembre son Conseil National et mi-octobre une grande partie de ses élus du personnel pour prendre la mesure de cette nouvelle situation où le dialogue social n’existe plus dans notre branche.

TRISTE ÉTÉ POUR LES SALARIÉS DU RÉSEAU.

vendredi 9 août 2013, par synami

Google+ Twitter Facebook Dailymotion Impression

Infopratique
Outils
Agenda
Agenda
Espace adherent
Adherent
Points presse
Points presse

ACTUALITES

avril 2017

Nationale

LES REPONSES DES CANDIDATS le 20 mars 2017

Le 20 mars dernier, la CFDT a interpellé les candidats à l’élection (...)

avril 2016

ML

Journées des Missions Locales à Marseille

février 2016

Compte-Rendu de la rencontre avec le Ministère

janvier 2016

RAS LE BOL greve !

Le 13 novembre, notre pays a subi des attaques lâches par des terroristes (...)

décembre 2015

Nationale

7ème Congrès du Synami

Le Synami tiendra congrès les 8, 9 et 10 juin 2016 prochain à Richelieu (...)

NEWSLETTER

SUIVEZ NOUS

Google+ Twitter Facebook

CFDT SYNAMI - 47/49 Rue Simon Bolivar - 75019 PARIS
Tel : 01 56 41 51 81/60
Mail : contact@synami-cfdt.org