Logo
Recherche
Espace adherent
Entete logo
Syndicat National des Métiers de l'Insertion,
Mission locale, PLIE, Maison de l'Emploi, PAIO, Atelier Chantier Insertion

Accueil > Mission locale, Paio, Plie, MDE > Pourquoi tant de haine ? Faut-il répondre ?

Pourquoi tant de haine ? Faut-il répondre ?

C’est malheureusement une question qui est maintenant posée au Synami au vu de la campagne quasiment haineuse, et franchement obsessionnelle, qu’a engagé un des syndicats du réseau contre nous.
Deux principes s’affrontent ici :
D’un côté, sans vouloir se prendre pour la blanche colombe que ne pourrait pas atteindre la bave du crapaud, on voit bien ce qu’on nous propose : quitter le terrain de notre action pour les salariés et nos métiers, et venir descendre dans l’arène boueuse des invectives et des obscures querelles de chapelle incompréhensibles pour les salariés. L’objectif est clairement affiché et assumé, salir le Synami pour lui faire perdre une part du soutien que lui accordent les salariés. On a connu des stratégies syndicales pour élargir son audience moins déplorables et un peu plus ambitieuses pour les salariés. Que cela affaiblisse au passage l’ensemble du mouvement syndicale, et pas seulement nous, et notre capacité à peser sur les employeurs, n’est pas le souci de nos détracteurs.
La sagesse serait donc de ne pas répondre. Les salariés connaissent le Synami et son action. Même si tout le monde ne partage pas forcement nos choix, ce qui est normal, chacun connait nos valeurs et les batailles que nous menons. Cela devrait suffire à démentir la boue qu’on nous lance. Talleyrand aurait alors raison, « Tout ce qui est excessif est insignifiant ».
Mais d’un autre côté, nous savons aussi depuis Beaumarchais que « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ». L’avalanche d’amalgames insultants, et parfois de purs mensonges, déclenchée par les responsables de cette organisation (qui sont par ailleurs majoritairement extérieurs à nos réseaux), est non seulement blessante pour nos adhérents et nos militants, mais instille le venin de la désinformation organisée et de la médisance généralisée. Comment rester dans le débat (même rude), l’échange des arguments (opposés mais honnêtes), lorsque ce qui est écrit est tout simplement le contraire de la vérité des faits. Prenons simplement 2 exemples récents que tout le monde peut vérifier. La négo salaire seulement une fois par an n’a pas été imposé par l’UNML, comme il a été diffusé, c’était une demande de la CGT…. soutenue par ce syndicat (c’était l’avenant 38 qu’ils ont signés). Plus grave pour les salariés : dire que l’avenant carence « n’est absolument pas favorable », c’est quand même prendre pour des pommes tous les salariés qui n’ont n’auront pas 3 carences mais resteront à une seule. Pourquoi ne pas se contenter de dire qu’on estime cet accord insuffisant, c’est une opinion qu’on peut défendre, au lieu de mentir sur son contenu ?
Faut-il ignorer la polémique, au risque de laisser le mensonge et l’insulte s’installer ? Ou faut-il répondre point par point pour rétablir les faits et démonter le mécanisme de division et d’affrontement artificiel qui est à l’œuvre, au risque d’alimenter nous-mêmes cette machine infernale de guérrilla intersyndicale ?
Il n’y a sans doute pas de bonne réponse. Nous allons essayer de naviguer entre ces 2 écueils, ne pas donner trop d’importance à cette agressivité, mais ne pas laisser passer les plus grosses énormités.
Mais le mal est sans doute déjà fait, nous ne sommes plus vraiment un réseau où tous les syndicats assumaient leur désaccord sans s’invectiver sur la place publique. Ensuite, et c’est encore plus désolant, l’intérêt des salariés passe pour certains après de médiocres calculs électoraux ou de ténébreux règlements de compte. Que leur dire d’autre, à part que leur temps et leur argent seraient mieux employés à développer une action syndicale réelle dans nos réseaux, où il y a tant à faire, et où franchement chacun peut trouver sa place sans se croire obliger de cracher sur le voisin.
Voilà notre réponse à la question "faut-il répondre ?" Quand à savoir "Pourquoi tant de haine ?", nous avons quelques hypothèses de réponse mais cela serait long, assez subjectif, et heureusement, sans intérêt, même pour nous qui avons vraiment tellement plus important et urgent à faire.  

mercredi 17 octobre 2012, par synami

Messages

  • Réponse sans fôtes à la Cftc insertion :

    Peanuts !
    Comme dirait les copains québecois… Ben oui, peanuts ! (avec un seul point d’exclamation –vous avez remarqué ?-). Cacahouète… rien du tout… (les « points de suspensions » contre ceux d’ « exclamations »).
    A quoi servent les guéguerres internes alors que notre vocation à tous (la votre aussi, non ? ) est la défense des salariés ?
    Et que nous vaut telle agressivité, et pourquoi la diriger vers nous ? Sommes-nous vraiment la cible adéquate dans cet objectif commun (heu... la défense des salariés) ?
    On ne répondra pas, cela nous desservirait certainement (et on aime bien les desserts, nous, ceux que l’on partage, alors même que nous avons déserté les cours de récré).
    Et, si on la met en parenthèse, c’est que nous n’avons rien d’autre à dire que cela.
    L’énergie est ailleurs à dépenser.

    La môme-qui-respecte-le-synami (ben, oui…)

Google+ Twitter Facebook Dailymotion Impression

Infopratique
Outils
Agenda
Agenda
Espace adherent
Adherent
Points presse
Points presse

ACTUALITES

juin 2017

Négociation des salaires ML - Juin 2017

Suite à la négociation des salaires de la branche ML PAIO, la proposition des (...)

avril 2017

Nationale

LES REPONSES DES CANDIDATS le 20 mars 2017

Le 20 mars dernier, la CFDT a interpellé les candidats à l’élection (...)

avril 2016

ML

Journées des Missions Locales à Marseille

février 2016

Compte-Rendu de la rencontre avec le Ministère

janvier 2016

RAS LE BOL greve !

Le 13 novembre, notre pays a subi des attaques lâches par des terroristes (...)

NEWSLETTER

SUIVEZ NOUS

Google+ Twitter Facebook

CFDT SYNAMI - 47/49 Rue Simon Bolivar - 75019 PARIS
Tel : 01 56 41 51 81/60
Mail : contact@synami-cfdt.org